À Sebael, une école au goût du jour

Publié le

À Sebael, une école au goût du jour

 

Lors de la rentrée 2015-2016, le bâtiment ultra-moderne de l’école publique Rachel Eddé de Sebael, dans le Nord du Liban, a accueilli près de 360 élèves.

« Notre objectif était de construire cette école d’une manière respectueuse de l’environnement » affirme Josianne Torbey, l’architecte en charge de la réalisation du projet. Le bâtiment est ultra-moderne. Il est composé de larges baies vitrées, de tableaux interactifs offerts par la fondation CMA-CGM. Le leader mondial du transport maritime CMA-CGM s’emploie, grâce à cette fondation, à venir en aide aux enfants défavorisés. Le bâtiment est parfaitement isolé et d’une étancheïté irréprochable. Avec une capacité de 360 élèves, l’école peut accueillir des jeunes de toute la région. Cette aubaine soulage le budget de familles qui étaient jusque là contraintes à de lourdes dépenses pour l’éducation de leurs enfants.

« Quand il pleuvait, les gouttes tombaient littéralement sur la tête des élèves »

L’urgence a contraint la municipalité de Sebael à multiplier les initiatives pour que la construction de ce bâtiment puisse avoir lieu. D’après Wadad Douihi, la directrice de l’établissement, l’ancien bâtiment n’était « pas adapté pour abriter une école ». Elle déplore l’insalubrité, l’humidité, les manques de luminosité et de chauffage des anciens locaux. L’isolation était telle que « quand il pleuvait, les gouttes tombaient littéralement sur la tête des élèves. Les systèmes de chauffage étaient polluants et nocifs pour la santé de tous. Elle ajoute que la construction du bâtiment était telle qu’il fallait « passer par une salle de classe pour accéder à une autre. Ce qui interrompait à chaque fois l’enseignant ». Gloria Hage, une mère d’élève assure que sa « fille se plaignait régulièrement du manque de chauffage dans les salles de classe tel que les élèves gardaient leurs anoraks ».

Alors, grâce à une ténacité sans failles, la municipalité est parvenue à ses fins au terme d’une coopération avec l’ambassade d’Italie, l’Institut culturel français et le ministère libanais de l’Éducation. Désormais, l’école accueille les élèves dans d’excellentes conditions au sein d’un bâtiment respectueux de l’environnement. Son design très moderne s’insère parfaitement dans le paysage régional. L’école Rachel Eddé est aujourd’hui en cours d’élargissement.

Sebael a sû profiter de l’aide associative afin de mettre en oeuvre un ramassage scolaire. Le renouvellement des manuels scolaires ne se fait qu’au prix d’un certain investissement financier. Ce projet n’a pu être réalisable que grâce à l’appui des associations. L’aide associative peut changer le quotidien des enfants du Nord-Liban. Cette région a besoin de notre soutien. Al Doha, dont les activités ont vocation à démarrer à la rentrée 2018-2019, sera soumise à des frais similaires (achat de manuels, de matériel, organisation d’événements, de sorties) en plus des frais de location des locaux. Aidez-nous en contribuant à la réalisation de notre projet. Faites un don.

 

Raphaël Blin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *